Fondation Jean Piaget – Présentation de l'œuvre
Fondation Jean Piaget

L'épistémologie cartésienne

Présentation
Citations


Présentation

L'épistémologie cartésienne, que Piaget considère comme le point de départ de l'épistémologie moderne, dépasse le réalisme des anciens en mettant en évidence le rôle du sujet dans la connaissance. Cette épistémologie est tributaire d'innovations mathématiques et physiques qui ont amené Descartes à réviser l'épistémologie d'Aristote. En effet, le développement de l'algèbre met en évidence la possibilité d'une discipline fondée sur les opérations du sujet et leurs libres combinaisons. La découverte par Descartes lui-même de la géométrie analytique lui permet d'établir une correspondance entre l'algèbre, domaine des opérations, et la géométrie, domaine de l'étendue. Enfin les découvertes de Galilée sur le mouvement inertiel et la possibilité d'appliquer le calcul à des transformations physiques favorisent la prise de conscience du sujet épistémique, c'est-à-dire des instruments logico-mathématiques permettant d'assimiler rationnellement la réalité physique.

©Marie-Françoise Legendre

Toute extrait de la présente présentation doit mentionner la source: Fondation Jean Piaget, Piaget et l'épistémologie par M.-F. Legendre
Les remarques, questions ou suggestons peuvent être envoyées à l'adresse: Marie-Françoise Legendre.

Haut de page

Citations

Épistémologie cartésienne

En mesure, dès lors, de s'opposer à l'épistémologie d'Aristote, Descartes fonde l'épistémologie moderne en dégageant au moins trois des idées centrales. En premier lieu, il découvre enfin l'existence du sujet connaissant, non plus d'un sujet contemplatif, c'est-à-dire passif, mais du sujet source de constructions, qui tout à la fois invente en mathématiques (au lieu de «découvrir» simplement) et qui structure la connaissance physique. En second lieu, il introduit (en liaison directe avec sa géométrie analytique) un parallélisme entre l'étendue et la pensée, ce qui lui permet de dépasser le mathématisme statique des Anciens et d'incorporer le mouvement au domaine des idées claires et distinctes: en liaison avec Galilée il conçoit ainsi une cinématique et une mécanique rationnelles, où les mouvements inertiaux permettent l'économie des «formes» aristotéliciennes. En troisième lieu, généralisant donc l'application possible des mathématiques à la physique, même en se contentant d'une physique trop pauvre, exclusivement réduite aux notions de figure et de mouvement, il fournit une théorie décisive de la causalité qui imprégnera toute l'épistémologie moderne: la causalité n'est que l'application de la déduction mathématique à des modèles réels, causa sen ratio! C'est ainsi que la prise de possession de nouveaux instruments mathématiques, solidaire dans les deux sens de cette réciprocité, de la découverte du Cogito ou du sujet de la connaissance, ont renouvelé les termes du problème épistémologique en dépassant le réalisme des Anciens. L.C.S., p. 21

Philosophie réflexive de Descartes
(...) la philosophie réflexive de Descartes consacre cette prise de conscience de l’activité du sujet.
Si Descartes continue à admettre, avec les Grecs, le caractère intuitif des vérités mathématiques, cette intuition n’est donc pas une contemplation : il s’agit au contraire de désarticuler les totalités fournies par l’intuition, en les réduisant à des éléments simples que l’algèbre se charge de recomposer opératoirement. I.E.G. I, p. 271

Haut de page







[…] le processus épigénétique qui conduit à la construction des opérations intellectuelles est comparable de façon assez étroite à l’épigenèse embryologique et à la formation organique des phénotypes. Assurément la part du milieu y est bien plus considérable, puisque précisément les connaissances ont pour fonction essentielle d’atteindre le milieu. Et aux actions du milieu physique s’ajoutent celles du milieu social […]