Fondation Jean Piaget – Présentation de l'œuvre
Fondation Jean Piaget

La dialectique hégélienne

Présentation
Citations


Présentation

La dialectique constitue, avec la phénoménologie, l’une des deux principales doctrines actuellement dominantes, toutes deux s’opposant aux tendances réductionnistes de l’empirisme et du positivisme et portant sur les interactions du sujet avec l’objet. Mais alors que la phénoménologie est orientée vers le transcendantal, la dialectique postule l’unité du réel et de la nature.

La dialectique hégélienne s'inscrit dans la catégorie des épistémologies qui, tout comme les épistémologies métascientifiques, peuvent se rattacher à des sciences particulières et bien définies, à cette différence près qu'elles ont en quelque sorte anticipé la constitution positive de telles sciences avant même qu'elles n'aient été élaborées. C'est le cas des doctrines empiristes qui, selon Piaget, se sont référées à la psychologie alors qu'elle n'était pas encore une science véritablement constituée. La dialectique hégélienne est née sous l'influence de l'esprit historique et sociologique qui s'avérait nouveau par rapport à l'emploi essentiellement conceptuel que faisait Kant de la dialectique. Dans le domaine de la nature, Hegel a fourni un bel exemple de réflexion spéculative à tendance parascientifique, c'est-à-dire poursuivant l'idéal d'une connaissance doublant la science sur son propre terrain. Mais, pour Piaget, il s'en est tenu à des vues réflexives à propos d'une science non encore constituée, la sociologie.

Si l'épistémologie piagétienne fait appel à un constructivisme dialectique, elle repose toutefois sur une conception de la dialectique différente de celle de Hegel. En effet, la dialectique, pour Piaget, ne se réduit pas à la forme restreinte des thèses, antithèses et synthèses puisqu'on peut aussi parler de dialectique lorsque deux systèmes distincts et séparés, mais non nécessairement opposés l'un à l'autre, fusionnent en une totalité nouvelle dont les propriétés dépassent celles de ses composantes. Piaget en donne pour exemple la formation des nombres naturels par la fusion des systèmes de classes et de relations asymétriques. Il peut donc y avoir construction dialectique sans qu'il y ait pour autant de contradictions à surmonter ni de thèses et antithèses à synthétiser. Par ailleurs, la dialectique ne se confond pas non plus avec le fonctionnement de n'importe quelle activité cognitive. Piaget insiste, à cet égard, sur la nécessité de distinguer la construction de structures, qui est de nature dialectique, et ce que l'on peut tirer de ces structures une fois construites par déduction, qui est cette fois de nature discursive.

©Marie-Françoise Legendre

Toute extrait de la présente présentation doit mentionner la source: Fondation Jean Piaget, Piaget et l'épistémologie par M.-F. Legendre
Les remarques, questions ou suggestons peuvent être envoyées à l'adresse: Marie-Françoise Legendre.

Haut de page

Citations

Dialectique hégélienne
(...) l'événement fondamental qui est à la source de la dialectique hégélienne est la considération de l'histoire (cette nouveauté propre au XIXe siècle) et, en un sens déjà nettement sociologique. La succession des thèses, antithèses et synthèses, qu'utilise Hegel pour caractériser la connaissance en sa constitution progressive, n'est point emprunté au formalisme logique, mais bien à ces idées en marche que comporte un développement social historique. On peut donc dire que Hegel a anticipé la sociologie d'une manière analogue à celle dont l'empirisme a anticipé la psychologie, et d'une manière sur certain points tout aussi positive, puisque, si l'on peut faire des empiristes anglo-saxons les précurseurs des théories modernes de l'apprentissage (…), on sait assez que la dialectique hégélienne a constitué l'une des sources de la méthode dialectique de Marx et de des ses continuateurs. L.C.S., p. 25-26
On ne peut pas faire de Hegel le fondateur de la sociologie, pas plus que les empiristes ne sont les fondateurs de la psychologie, mais il semble clair que la préoccupation d'une connaissance sociologique a joué chez lui le même rôle que la préoccupation d'une connaissance psychologique chez les empiristes; si sa dialectique restait solidaire de l'idéalisme post-kantien, sa notion fondamental d'un univers concret a joué le rôle que l'on sait dans la dialectique marxiste. Par contre (…), le besoin de spéculation, renforcé et non pas stoppé par la critique kantienne de la raison pure théorique et trouvant son aliment dans l’interprétation idéaliste, n’est pas resté étranger à Hegel. S.I.P., p. 83

Dialectique hégélienne vs dialectique piagétienne
(...) lorsque Hegel nous parle du concept comme «contenant son contraire» ou de l'«identité des contraires», on pourrait interpréter ces expressions (…) comme comportant une prédétermination de la négation en tout concept, même (ou surtout) si celui-ci est défini comme un «esprit» à activité autonome sans tenir compte du sujet en tant que source de toute activité novatrice. Pour nous, au contraire, l'idée que tout concept «contient» son contraire signifie dialectiquement que la construction de chaque concept implique celle de son contraire, ou tout au moins sa possibilité (…). De même, l'«identité» des contraires n'est pas une identité statique mais une implication réciproque: chaque opération implique son inverse mais n'«est» pas son inverse. F.E.D., pp. 224-25.

Haut de page







Lorsque deux adultes normaux se parlent, parce qu’ils ont quelque chose à se dire, leur conversation présente deux caractères corrélatifs. En premier lieu, chacun cherche à agir sur son interlocuteur: que l’on questionne, que l’on fasse une demande, que l’on ordonne ou que l’on informe, c’est toujours pour modifier la conduite ou la pensée d’autrui.

J. Piaget, Le langage et la pensée chez l'enfant, 1923, 3e éd 1948, p. 63