1929.
L'adaptation de la Limnaea stagnalis aux milieux lacustres de la Suisse romande: étude biométrique et génétique
Revue suisse de zoologie, 36, fasc. 17, pp. 263-531.
Texte PDF mis à disposition le 01.12.2011



[Texte de présentation. Version du 10 novembre 2011.]

Précédé d’une table des matières et d’une introduction, cet article est composé de trois parties. La première partie de cet article présente les résultats de l’analyse taxonomique et biométrique des limnées vivant en milieu naturel. La deuxième a pour objet l’analyse morphogénétique des populations de limnées de différentes variétés vivant en aquarium réalisée dans le but de vérifier le caractère héréditaire des variétés de limnées observées dans la première partie. Enfin, la troisième et dernière partie, en plus d'examiner les effets du développement en aquarium, dans des conditions variées (eaux calmes, eaux artificiellement agitées), de jeunes limnées sur leurs comportements et la morphologie de leur coquille, présente un premier essai d’explication d’une possible "assimilation génétique" (JP67a) de formes nouvelles à l’origine individuellement acquises en conséquence d’une accommodation active de générations d’individus de certaines races, lors de leur développement dans des milieux offrant des conditions de vie particulière.

La table des matières, l’introduction ainsi que les trois parties principales composant cet article sont téléchargeables ICI (sous l'année 1929).

*****


Ce très long article (plus de 200 pages!) est l’une des deux ou trois principales contributions empiriques de Piaget au problème de la possible transmission héréditaire des caractères individuellement acquis (de nouveaux résultats de recherche seront exposés dans JP65_5 permettant d’actualiser et d’approfondir les analyses et l’interprétation proposées en 1929).

Bien que se distançant des explications des biologistes lamarckiens, Piaget juge que l’hypothèse de l’hérédité de l’acquis proposée par Lamarck pour rendre compte de l’adaptation des espèces biologiques à leur milieu ne doit pas être définitivement écartée, ceci en dépit des nombreuses expériences de laboratoire faites sans succès à la fin du 19e siècle et au début du 20e pour en démontrer la véracité. Il propose d’aborder la question de l’hérédité de l’acquis en combinant l’étude taxonomique et biométrique de Mollusques vivant en milieu naturel aquatique (mares, lacs, etc.) —en particulier certaines variétés de Limnaea stagnalis— avec l’analyse biogénétique en laboratoire de générations de limnées confrontées à des modifications de milieu expérimentalement contrôlées entraînant des comportements appropriés et donc des transformations morphologiques de leur coquille lors de leur développement en aquarium. Une telle étude devrait permettre d’apporter des éléments de réponses aux deux questions suivantes: «peut-on assigner telle cause mécanique précise à l’apparition de ces variétés lacustres et quelles sont les relations génétiques qui unissent les variétés en question aux types de leurs espèces respectives?» Autrement dit, ces variétés lacustres que l’on observe en milieu naturel et qui sont à l’origine issues de formes non lacustres de Limnaea stagnalis sont-elles des races stables ou de simples accommodats qui reprendraient leurs formes d’origine en les transportant dans le biotope originel? A partir de ses propres observations et récoltes sur le terrain (plus de 80'000 exemplaires récoltés, complétés par de nombreux autres exemplaires récoltés par de nombreux naturalises suisses et étrangers!) et de ses expériences de laboratoire, Piaget croit pouvoir trouver des indices corroborant l’hypothèse lamarckienne, mais ceci sans pour autant admettre une action directe du milieu sur l’évolution des formes biologiques (il faudra toutefois attendre les années 1950 et 60 pour que Piaget, reprenant cette question des mécanismes susceptibles d’expliquer l’adaptation des espèces biologiques à leur milieu, aboutisse à une explication sinon pleinement convaincante, du moins suffisamment précisée dans la mesure où elle s’appuiera sur l’essor de la cybernétique et de l’étude mathématique des systèmes auto-organisateurs, ainsi que sur sa propre théorie de l'équilibration développée à partir des années 1950 pour expliquer la genèse des structures cognitives).

© Fondation Jean Piaget 2017 - Mise à jour: 9 septembre 2017