Pierre Bovet (1878-1965). Philosophe et psychologue suisse

Philosophe de formation et fondateur avec Claparède de l’institut Jean-Jacques Rousseau (future école, puis faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’université de Genève), Pierre Bovet a été très tôt intéressé par la psychologie, et spécialement par la psychologie morale et religieuse. En examinant en 1908 les études expérimentales sur la pensée réalisées par les psychologues allemands de l’école de Würzburg (Marbe, Watt, K. Bühler, etc.), il avait en effet pu découvrir comment la conscience de l’obligation morale intervenait dans les réponses des sujets interrogés lors de ces recherches. Les travaux qu’il conduira à son tour sur le fonctionnement de la pensée, et dans lesquels il prend explicitement appui sur la philosophie de Kant, l’amènent à souligner le rôle qu’y jouent les actes de jugement, le sentiment du devoir, etc. Dès lors, lorsque vers 1918 Piaget décide de se faire psychologue afin de résoudre de façon scientifique l’origine des formes et des normes de la pensée, il trouvera chez Bovet, qui connaissait bien ses parents, un conseiller précieux, car familier des deux domaines de la philosophie critique et de la psychologie scientifique dans lesquels le jeune biologiste sera à son tour impliqué.

De Bovet citons, en plus de sa thèse de 1902 sur "Le Dieu de Platon d’après la chronologie des dialogues", ses articles de 1909 sur "L’étude expérimentale du jugement et de la pensée", de 1910 sur "Les conditions de l’obligation de conscience: introduction à l’étude psychologie des faits moraux", ou encore de 1919 sur "Le sentiment religieux: étude de psychologie, ainsi que ses livres sur L’instinct combatif" (1917) et sur "Le sentiment religieux et la psychologie de l’enfant" (1925).

© Fondation Jean Piaget 2018 - Mise à jour: 4 juin 2018