Lévy-Bruhl Lucien (1857-1939). Philosophe et sociologue français

Professeur d’histoire de la philosophie moderne à la Sorbonne, adhérant aux thèses sociologiques de Durkheim, Lévy-Bruhl a consacré de longues études aux formes primitives de la mentalité humaine, telles qu’elles ressortaient à ses yeux des enquêtes de terrains réalisées par les ethnologues dans les sociétés sans écriture.

Bien que restant superficielles, les descriptions qu’il a faites des formes de pensée et des formes d’explication fréquemment employées dans ces sociétés fournissent l’un des cadres d’assimilation utilisés par Piaget lors de ses premiers travaux sur la genèse de la causalité et de la représentation du monde chez l’enfant. Piaget a pu ainsi montrer les parentés qui existent entre la mentalité dite primitive et la mentalité du jeune enfant (causalité par participation, animisme, etc.). Toutefois les thèses de Lévy-Bruhl sont limitées par le fait que le philosophe français n’a pas considéré l’intelligence pratique à l’œuvre dans ces peuples. De plus, comme bon nombre de ses commentateurs d’ailleurs, il ne disposait ni des instruments d’étude, ni des connaissances, ni des faits lui permettant de découvrir les structures profondes de pensée qui organisent les descriptions et les explications mythologiques du monde, et de comparer les logiques en jeu dans les différentes formes de pensée.

Parmi les ouvrages de Lévy-Bruhl, citons "La philosophie d’Auguste Comte" (1900), "La morale et la sciences des moeurs" (1903), "Les fonctions mentales dans les sociétés inférieures" (1910) et "La mentalité primitive" (1922).

© Fondation Jean Piaget 2017 - Mise à jour: 9 septembre 2017