John Locke (1632-1704). Politicien et philosophe anglais

Appartenant à la grande tradition de l’empirisme anglais, dont il est l’un des principaux auteurs, Locke a été fortement marqué par la théorie physique de Newton et par les succès rencontrés par elle dans son explication des phénomènes naturels. Newton accordait beaucoup plus de place que Descartes à l’expérience dans l’édification de la physique, et défendait la thèse selon laquelle les seules hypothèse acceptable en science sont celles qui sont tirées de l’expérience. Prenant appui sur cette conception de la science, Locke a non seulement soutenu avec force l’empirisme en philosophie de la connaissance, mais il a aussi prôné l’étude empirique des phénomènes de l’esprit. Le résultat de son analyse de l’entendement humain le conduit à la thèse selon laquelle la connaissance est composée d’idées simples (rouge, dur, volonté, attention, etc.), issues de l’expérience directe des choses et de notre esprit, et d’idées complexes, qui sont des combinaisons des premières par l'entendement. S'il y a ainsi chez Locke une conception active de l'entendement, il n'en reste pas moins que, selon lui, les idées complexes ne sont vraies que lorsqu'elles sont confirmées par la seule constance des liens entre idées simples observés dans l’expérience (cette thèse prendra une forme plus développée chez Hume, avec la théorie de l’association des idées).

La théorie de la connaissance à laquelle aboutit Locke est exposée dans "l’Essai sur l’entendement humain" (1690).

Lien URL:
http://agora.qc.ca/mot.nsf/Dossiers/John_Locke

© Fondation Jean Piaget 2018 - Mise à jour: 4 avril 2019