Conrad Hal Waddington (1905-1975). Paléontologiste, embryologiste et généticien anglais

Marqué par ses travaux sur le développement embryologique des organismes, Waddington est l’un des rares biologistes de renom qui a osé prendre quelque distance par rapport au dogme néo-darwinien qui régnait vers le milieu du vingtième siècle. Bien que rejetant la thèse lamarckienne de la transmission héréditaire des caractères individuellement acquis, Waddington a adopté très tôt, en effet, une position originale au sein du néo-darwinisme en attribuant un rôle très important au développement individuel des organismes et à l’épigenèse dans l’volution des espèces, et en adoptant dès les années cinquante la thèse de "l’assimilation génétique des caractères acquis".

Son approche organiciste ou holistique des processus évolutifs tranche avec la centration trop exclusive sur les gènes et leur sélection que tend à imposer la biologie moléculaire dans le traitement du problème de l’évolution: c’est l’organisme dans sa totalité qui cherche à s’adapter à son milieu. Ce sur quoi porte la sélection naturelle nest donc pas directement les gènes, mais la capacité des organismes à réagir de telle ou telle façon aux problèmes d’adaptation que leur pose le milieu, cette capacité n’impliquant pas seulement le système des gènes déjà acquis, mais également des processus épigénétiques.

Il n’y a pourtant pas de contradiction entre l’explication néo-darwinienne classique et l’explication par Waddington de l’évolution et des traits parfois remarquables d’adaptation des organismes à leur milieu. Ce qui varie, c’est la conception de l’objet sur lequel porte la sélection naturelle. Les systèmes génétiques qui auront tendance à diffuser au sein d’une population d’individus seront ceux qui facilitent ou canalisent la construction de réponses adaptatives optimales des organismes lors de leur développement.

L’ouvrage le plus connu de Waddington est "La stratégie des gènes" (1957).

© Fondation Jean Piaget 2017 - Mise à jour: 9 septembre 2017