abstraction réfléchissante
"L'abstraction réfléchissante comporte toujours deux aspects inséparables: d'une part un réfléchissement, c'est-à-dire la projection (comme pour un réflecteur) sur un palier supérieur de ce qui est tiré du palier inférieur (par exemple de l'action à la représentation), et d'autre part une réflexion en tant qu'acte mental de reconstruction et réorganisation sur le palier supérieur de ce qui est ainsi transféré de l'inférieur" (EEG35, 303).

L'abstraction réfléchissante est l'un des mécanismes centraux par lesquelles les formes ou les structures logico-mathématiques de la connaissance sont construites par le sujet. Elle est composée de deux processus. Le premier consiste à réfléchir (au sens quasi optique du terme) sur un nouveau plan une organisation d'action ou de pensée préalablement construite (l'enfant constate ou décrit par exemple les coordinations logiques d’une action composée qu'il vient de réaliser). Ce processus s’apparente à ce qui se passe sur le plan de l’abstraction empirique (ou pseudo-empirique), sauf que l’ordre est alors extrait des actions ou des opérations que le sujet a précédemment acquises. Mais ce premier processus de réflexion dépend par ailleurs des formes ou des concepts logico-mathématiques que le sujet est en train de construire sur ce nouveau plan, construction qui fait alors intervenir une activité de réflexion intellectuelle composée de régulations et d’activités logiques variées.


© Fondation Jean Piaget 2017 - Mise à jour: 9 septembre 2017