lamarckisme
Sous le nom de lamarckisme sont rassemblées les conceptions basées sur l’explication de l’origine des caractères biologiques donnée par Lamarck au début du dix-neuvième siècle. Deux thèses sont centrales dans cette explication: celle de l’origine initialement individuelle des nouveaux caractères, acquis lors des interactions des organismes avec leur milieu, et celle de la transmission biologique directe de ces caractères, des parents à leur progéniture.

Bien que Lamarck ait été, vers 1800, le premier biologiste à proposer très clairement la thèse d’une transformation des espèces et ait décrit un mécanisme susceptible de la réaliser, il faudra attendre le milieu du siècle pour que la notion d’évolution s’impose progressivement à la suite de la publication de Darwin sur l’origine des espèces. La raison en est peut-être que celui-ci s’efforçait d’amener les preuves de l’évolution, alors que chez Lamarck la thèse de la transformation restait plus de l’ordre de la spéculation et n’avait pas la même portée révolutionnaire par rapport aux croyances religieuses (elle reposait d’ailleurs sur l’idée préévolutionniste et téléologique de l’existence d’un ordre naturel ou d’un plan de la nature). Le lamarckisme ne connaîtra de fait un réel succès qu’après que Darwin ait proposé l’explication de la sélection naturelle.


© Fondation Jean Piaget 2018 - Mise à jour: 4 juin 2018