mentalité enfantine
Par mentalité enfantine, il faut entendre les caractéristiques très générales de la pensée du jeune enfant mises en évidence par Piaget dans les années vingt (égocentrisme intellectuel, syncrétisme, etc.).

Dans ses premiers travaux sur cette pensée, Piaget a pris pour modèle les études de Lévy-Bruhl sur la mentalité "primitive". Les traits que le psychologue suisse a mis en lumière chez le jeune enfant correspondent d’ailleurs en partie aux traits exposés par le sociologue français. On trouve, largement répandues dans ces deux mentalités, des formes de descriptions et d’organisations du monde "prélogiques" (au sens d’une absence de sensibilité intellectuelle aux lois logiques, et en particulier aux lois de non-contradiction), et des explications de type magico-phénoméniste, animiste, etc., des transformations survenant au sein de la réalité.

Ces premiers travaux de Piaget, comme ceux de Lévy-Bruhl, souffrent d’un même défaut: la place trop grande accordée aux conceptions verbales du monde par rapport aux actions et opérations sur le monde extérieur, réalisées tant par les enfants de nos sociétés que par les adultes des peuples sans écriture.


© Fondation Jean Piaget 2017 - Mise à jour: 9 septembre 2017