pensée concrète
"C'est une composition toujours plus riche et cohérente des opérations qui prolongent les actions en les intériorisant" (Introduction à l’épistémologie génétique, I, p. 34).

La pensée concrète se distingue de la pensée formelle, d’une part par la nature de l’objet sur lequel elle porte, ainsi que par l’attitude adoptée par le sujet relativement au statut de cet objet, et d’autre part par la nature des opérations utilisées pour la traiter, les deux allant de pair. La pensée concrète a pour objet une réalité sensible pouvant être perçue ou représentée. Cette réalité est soit la réalité usuelle, soit une réalité alternative (l’univers du jeu par exemple), mais que le sujet considère comme pouvant se substituer provisoirement à la première. Cette réalité étant "donnée", le sujet l’organise alors, ou la transforme peu à peu, au moyen des opérations ou des préopérations dont il dispose et qu’il construit progressivement au cours même de ce processus d’organisation et de transformation (opérations de classification, etc.). Quant aux opérations ainsi utilisées, elles ont précisément pour particularité de porter directement sur cette réalité sensible, représentée aussi bien que perçue.


© Fondation Jean Piaget 2018 - Mise à jour: 4 juin 2018