positivisme
Le positivisme désigne l’ensemble des conceptions qui, à la suite de la doctrine formulée par Comte dans la première moitié du dix-neuvième siècle, limitent la connaissance à l’exposé des faits et des lois découverts par l’expérience sensible et par son prolongement que constitue l’expérimentation scientifique.

Pour Comte, l’histoire de la connaissance est passée par trois étapes: l’âge de la théologie, celui de la métaphysique et enfin celui de la science. Ce dernier se caractériserait par l’abandon de toute tentative d’expliquer la réalité. Il n’y aurait de science positive que celle qui se contente de décrire la réalité et de découvrir ses lois, c’est-à-dire la régularité avec laquelle des phénomènes apparaissent ensemble ou se succèdent. Le positivisme va très rapidement se diffuser dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle en raison des progrès de la connaissance scientifique, qui rendent désuètes toutes les tentatives extrascientifiques d’élaboration théorique portant sur la réalité. Identifiant métaphysique et spéculation, les positivistes nieront ou tendront à écarter toute intervention de l’activité théorique au sein des sciences (hormis la pure déduction logique et mathématique).


© Fondation Jean Piaget 2018 - Mise à jour: 4 avril 2019