psychologie génétique
"[...] la psychologie génétique cherche dans l'étude de l'enfant la solution des problèmes généraux tels que celui du mécanisme de l'intelligence, de la perception etc." (Préface au "Dictionnaire d'épistémologie génétique" de A. Battro, 1966, p. v).

La psychologie génétique est une branche de la psychologie qui peut se définir moins par son domaine que par sa méthode et les problèmes qu’elle tend à résoudre. Elle repose sur le postulat méthodologique selon lequel la nature de bon nombre de réalités psychologiques, y compris les notions par lesquelles le sujet organise ou conçoit le réel, peut être clarifiée par l’étude de leur psychogenèse. Ce postulat est lui-même basé sur l’hypothèse selon laquelle la réalité considérée, par exemple la pensée logique de l’adulte, est le résultat d’une genèse.

La psychologie génétique se distingue de la psychologie de l’enfant dans la mesure où cette dernière se donne pour objet l’enfant en tant que tel (par exemple l’enfant de trois ans, l’enfant de quatre ans, etc.). Les relations entre ces deux disciplines sont pourtant étroites, dans la mesure où la seconde peut se poser des problèmes dont la solution requiert la première (ainsi les caractéristiques de la pensée de l’enfant de trois ans apparaissent d’autant plus clairement quon les compare avec celles d’enfants d’âge différent; de plus, aussitôt tracé le portrait de l’enfant âgé de trois ans, des questions se posent qui relèvent de la psychologie génétique). Chez Piaget, la psychologie génétique est avant tout un instrument au service de la résolution de problèmes propres à l’épistémologie (signification et origine du nombre, etc.).


© Fondation Jean Piaget 2021 - Mise à jour: 6 janvier 2021