cercle sujet-objet
La conception de l’existence d’un cercle sujet-objet (ou d’un cercle de la connaissance) découle d’un double constat. Premièrement, il n'est pas possible au sujet de se connaître sans agir sur un objet (y compris éventuellement un objet de pensée); deuxièmement, et inversement, il n’est pas possible au sujet de connaître quoi que ce soit d’extérieur à lui, sinon en agissant sur la réalité visée. La connaissance de l'objet dépend donc forcément des cadres d'assimilation du sujet, de même que la connaissance du sujet passe par une certaine extériorisation ou "chosification" de celui-ci.

En outre, et c’est là une interprétation complémentaire du même cercle, il apparaît que le sujet de connaissance fait partie de la réalité qu'il cherche à connaître, de même qu’inversement celle-ci n'existe, d’une certaine façon, qu’incorporée dans les schèmes d'assimilation du sujet.

La thèse de l’existence d’un cercle de la connaissance est très précoce chez Piaget; elle est esquissée dès 1918. Mais son exposé le plus complet se trouve dans le livre d’introduction à l’épistémologie génétique, ouvrage dans lequel Piaget met en rapport l’existence de ce cercle et celle du cercle des sciences.


© Fondation Jean Piaget 2018 - Mise à jour: 4 juin 2018