Fondation Jean Piaget

La nature de la connaissance scientifique et le cercle des sciences



Après un rappel de la conception générale que Piaget se fait de la nature des sciences, de leur objet et de leur domaine, ce chapitre expose sa conception des liens qui les rattachent les unes aux autres ainsi que du système circulaire que toutes ensemble composent.

Ce chapitre contient 11 sections, qui, à l'exception de la septième, se terminent toutes par des citations de Piaget illustrant les thématiques traitées:

3.1 Philosophie et science
3.2 La connaissance scientifique
3.3 L'objet des sciences
3.4 Les domaines des sciences
3.5 Les types de relations entre les sciences 3.6 Les relations entre les divers domaines des sciences
    (1) Relations entre les domaines matériels
    (2) Relations entre les domaines conceptuels
    (3) Relations entre les domaines épistémologiques internes
    (4) Relations entre les domaines épistémologiques dérivés
3.7 Les modes de dépendance entre les divers ensemble de sciences
    (1) Relations entre les sciences logico-mathématiques (I) et physiques (II)
    (2) Relations entre les sciences physiques (II) et biologiques (III)
    (3) Relations entre les sciences mathématiques (I) et biologiques (III)
    (4) Relations entre les sciences biologiques (III) et psychosociologiques (IV)
3.8 Les principaux courants de l'épistémologie interne des sciences
3.9 Les principaux courants de l'épistémologie dérivée des sciences
3.10 Les grands courants de la pensée scientifique
3.11 Le système cyclique des sciences

Haut de page







[…] plus le sujet est actif dans le sens de la décentration coordinatrice, et plus s’ensuivra un double mouvement corrélatif: mouvement d’intériorisation chez le sujet qui, en multipliant ses compositions opératoires, les subordonne toujours davantage aux coordinations générales de son action, et qui élabore ces coordinations en systèmes d’autant plus généraux qu’ils s’approfondissent davantage par analyse réflexive (c’est-à-dire par remaniement des principes); mouvement d’extériorisation, d’autre part, dans l’objet qui, au fur et à mesure de la décentration opératoire, est davantage construit ou «déduit», et s’éloigne d’autant plus des objets immédiats ou proches conçus, durant les stades antérieurs, comme indépendants de l’observateur (mais reconnus après coup comme relatifs à lui).