intelligence représentative
L’intelligence représentative est cette forme d’intelligence qui consiste à utiliser les instruments de la fonction sémiotique (les symboles et les signes) pour organiser, transformer ou expliquer une réalité qui dépasse l’horizon de l’action sensori-motrice, ou encore pour résoudre des problèmes soulevés sur le plan de la pensée.

L’intelligence représentative passe par trois grandes étapes au cours de sa construction. La première est celle, dite préopératoire, au cours de laquelle des mises en relation instables et insuffisamment différenciées (du point de vue des catégories épistémiques les plus générales) sont établies entre les composantes de l’expérience ou de la réalité concrète, perçue et représentée. Des transformations sont apportées à cette réalité, mais sans que les actions et les préopérations alors utilisées soit logiquement regroupées (par exemple l’enfant peut mettre en relation des longueurs pour penser le nombre, ou utiliser le nombre empirique pour résoudre un problème de quantité de matière). Les réussites et les constructions de l’enfant sont alors empiriques et provisoires.

La seconde étape est celle des opérations concrètes. L’enfant organise, transforme ou explique les éléments de la réalité représentée au moyen d’opérations logiques, mathématiques, spatiales et physiques, alors regroupées de façon stable et efficace.

Enfin la dernière étape, celle de l’intelligence formelle, est caractérisée par la présence d’opérations sur des opérations permettant au sujet de combiner systématiquement ces dernières, et, du même coup, d’engendrer et de concevoir des ensembles de possibilités par rapport auxquels les réalités organisées par les opérations concrètes n’apparaissent plus que comme des cas particuliers.


© Fondation Jean Piaget 2022 - Mise à jour: 10 février 2022