Fondation Jean Piaget - Sociologie - Remarques finales
Fondation Jean Piaget

Remarques finales


Au terme des analyses formalisantes consacrées par Piaget aux différentes formes d’échange des valeurs, deux choses frappent. La première est la grande capacité de synthèse non réductionniste que l’auteur manifeste par rapport aux multiples objets étudiés, soit la capacité qu’il a, grâce aux instruments formels utilisés pour capturer la forme de ces objets, de faire ressortir les parentés entre les différentes sphères de la vie sociale et de la vie psychologique.

La seconde est l’objectivité que l’auteur conserve par rapport à des objets d’étude aussi délicats à traiter que les différentes formes de sociétés, les différentes formes de morales. Il vaut la peine de citer ici, à titre d’exemple d’une telle objectivité du jugement, quelques passages des deux derniers paragraphes de l’essai sur les valeurs qualitatives.

Dans les systèmes fortement hiérarchisés (autocratie, etc.), la structure juridique ne permet nullement le libre échange des valeurs. Mais, ajoute Piaget:
    «[...] elle conservera néanmoins son équilibre si les ayant-droits, qui imposent les obligations, sont en même temps source de valeurs morales (s’il y a respect des supérieurs) ; si, d’autre part, la hiérarchie sociale est l’occasion d’une constante valorisation des inférieurs [...] et enfin si la distribution des richesses demeure parallèle à l’ordre hiérarchique et permet aux grands de "tenir leur rang" sans que le peuple connaisse la misère» (JP65a, p. 142).
Dans les systèmes démocratiques au contraire, où les normes sont élaborées avec la participation de ceux qu’elles obligent, elles tendent alors à devenir un simple instrument de régulation des échanges, qui se modifie au fur et à mesure des adaptations nécessaires:
    «[...] dans ce cas le déséquilibre peut surgir à nouveau sous la forme d’un excédent progressif des droits [et] des satisfactions sur les obligations. Seules les normes d’ordre moral sont alors capables de redresser la balance des forces en présence» (id.).
Bien sûr Piaget a choisi son camp, celui du système juridique démocratique et de la morale réciproque. Mais cela ne l’empêche pas de faire preuve d’objectivité et de perspicacité dans ses analyses des échanges sociaux.

Analyse axiomatique et expérience personnelle

Cette objectivité, Piaget l’a assurément conquise non seulement par l’apprentissage qu’il a fait très tôt de la méthode scientifique, mais aussi par le cheminement interne de son "expérience morale" et politique, par la recherche passionnée d’un système de valeurs susceptible de le satisfaire, ou encore par les oscillations qu’il a pu rencontrer lors de son adolescence lorsqu’il a souhaité découvrir une foi religieuse ou un engagement politique débarrassés de toute contradiction morale aussi bien qu’intellectuelle.

C’est parce qu’il a profondément réfléchi aux différentes formes possibles de vie sociale, et les a en quelque manière explorées par une sorte de mélange heureux entre l’expérience vécue et l’expérimentation mentale, que ses analyses formelles donnent le sentiment fréquent d’être très proche des réalités modélisées. En d’autres termes, grâce à cette sorte d’expérimentation mentale et d’expérience morale très bien décrite dans un article de 1925 sur "La psychologie des valeurs religieuses", il y a chez lauteur un usage de la modélisation qui ne fait pas perdre de vue la réalité considérée, mais au contraire en facilite l’accès.

Haut de page







Pour éduquer l’autonomie chez l’enfant, il est […] utile de l’ « informer » scientifiquement, mais il ne suffit pas, pour cela, de le soumettre à la société adulte, et de lui faire comprendre du dehors les raisons de cette soumission : l’autonomie est un pouvoir qui ne se conquiert que du dedans et qui ne s’exerce qu’au sein de la coopération.

J. Piaget, Le jugement moral chez l'enfant, 1932, p. 299