Fondation Jean Piaget - Présentation de l'œuvre
Fondation Jean Piaget

L'épistémologie: définition, méthodes et courants



Ce chapitre présente la définition, les méthodes et les différents courants de l'épistémologie. Il est décomposé en parties:

2.1: L’épistémologie ou théorie de la connaissance: sa définition
2.2: L'épistémologie scientifique : ses conditions
2.3: L'épistémologie scientifique : ses méthodes
     (a) Méthode d'analyse directe
     (b) Méthode d'analyse formalisante
     (c) Méthodes d'analyse génétique
         1. Méthode historico-critique
         2. Méthode psychogénétique
2.4: L'épistémologie génétique
2.5: Les types d'épistémologies
2.6: Les épistémologies métascientifiques traditionnelles
2.6.1: L'épistémologie platonicienne et l'épistémologie aristotélicienne
2.6.2: L'épistémologie cartésienne
2.6.3: L'épistémologie kantienne
2.7: Les épistémologies parascientifiques
     2.7.1: L'épistémologie de Henri Bergson
     2.7.2: L'épistémologie phénoménologique de Edmund Husserl
2.8: Les épistémologies "scientifiques"
     2.8.1: Le positivisme
     2.8.2: L'empirisme
     2.8.3: La dialectique hégélienne
     2.8.4: Le matérialisme dialectique
2.9: L'épistémologie des sciences
     2.9.1: Le positivisme (ou empirisme) logique
     2.9.2: Les épistémologies historico-critiques
           (a): L’épistémologie de Léon Brunschvicg
           (b): L'épistémologie d’Émile Meyerson
           (c): L’épistémologie de Gaston Bachelard
           (d): L’épistémologie de Kuhn et les perspectives contemporaines sur le développement de la science
2.10: L'épistémologie scientifique de Piaget

Chaque partie contient une présentation générale, suivie d'extraits de textes de Piaget…
Pour accéder à chacune de ces parties, cliquer sur la flèche se trouvant à gauche du menu "Chapitre 1", puis sur le titre de la partie souhaitée…

Haut de page







Il n’existe […] pas de besoin sans une organisation préalable dont la structure détermine l’aspect cognitif, tandis que la dynamique constitue l’aspect affectif […]. Tant que l’on se borne à envisager les organisations innées (nutrition, etc.), auxquelles correspondent la faim, la soif, etc., il est aisé de dissocier, pour l’analyse, ces deux aspects en fait indissociables, et la réduction du besoin pourra être considérée comme l’une des variables indépendantes dans les processus élémentaires d’apprentissage. Mais sitôt que l’on considère des formes plus spécialisées d’acquisition, comme l’apprentissage d’une loi de succession, par exemple, les besoins et intérêts en jeu seront eux-mêmes de plus en plus spécialisés en corrélation étroite avec les structures cognitives en jeu […]

J. Piaget, Apprentissage et connaissance. , 1959, p. 30