Fondation Jean Piaget - Présentation de l'œuvre
Fondation Jean Piaget

L'épistémologie de la logique et des mathématiques



Sommaire du chapitre IV:

4.1 La logique

4.2 La notion de faits normatifs

4.3 La formation des structures de groupe et de groupement

4.4 La notion d’implication signifiante

4.5 Les relations entre le possible et le nécessaire

4.6 La pensée mathématique

4.7 La construction du nombre

4.8 L'élaboration de l'espace

4.9 Le développement de la mesure

4.10 Le développement historique et psychogénétique de la géométrie

4.11 L'évolution de l'algèbre

Liste des ouvrages cités dans les Chapitres 4 et 5

A.P., XLV: Archives de psychologie, Vol. XLV
B.C. : Biologie et connaissance. (JP67a)
D.Q.P.E. Le développement des quantités physiques chez l’enfant . (JP41a)
E.G. : L’épistémologie génétique. (JP70a)
E.E.G., Vol. 11, P.C.N.: Études d’épistémologie génétique: Problèmes de la construction du nombre. (EEG11)
E.E.G., Vol. 14 E.M.P : Études d’épistémologie génétique: Épistémologie mathématique et psychologie. (EEG14)
E.E.G., Vol. 16, I.F. et L.N.: Études d’épistémologie génétique: Implications, formalisation et logique naturelle. (EEG16)
E.E.G., Vol. 33 E.S.C.: L’équilibration des structures cognitives. (EEG33)
E.E.G., Vol. 36, R.G.: Recherches sur la généralisation. (EEG36)
E.G.E.: Épistémologie génétique et équilibration. (JP76b)
I.E.G., Vol. I: Introduction à l’épistémologie génétique, Volume I . (JP50a)
I.E.G., Vol. II: Introduction à l’épistémologie génétique, Volume II. (JP50b)
I.E.G., Vol. III: Introduction à l’épistémologie génétique, Volume III. (JP50c)
L.C.S : Logique et connaissance scientifique. (JP67b)
P.N. (1) E.P.E Le possible et le nécessaire (1) L’évolution des possibles chez l’enfant. (JP81a)
P.N. (2) E.N.E Le possible et le nécessaire (2) L’évolution du nécessaire chez l’enfant. (JP83a)
P.P.G.: Problèmes de psychologie génétique. (JP72c)
P.S.H.: Psychogenèse et histoire des sciences. (JP83b)
R. et C.: Réussir et comprendre. (JP74c)
R.E.E : La représentation de l’espace chez l’enfant. (JP48a)
S.I.P.: Sagesse et illusion de la philosophie. (JP65b)

Haut de page







La pensée biologique est aussi réaliste que la pensée mathématique est idéaliste. La déduction ne joue, en effet, qu’un rôle minimum dans la construction des connaissances biologiques, et cela dans la mesure où la réalité vivante est liée à une histoire. L’observation et l’expérimentation constituent ainsi les sources essentielles du savoir biologique et il ne vient à l’esprit d’aucun biologiste de considérer l’objet de ses recherches comme le produit de ses propres opérations mentales (sauf en ce qui concerne les coupures en partie conventionnelles de la classification).