Fondation Jean Piaget

La nature de la connaissance scientifique et le cercle des sciences



Après un rappel de la conception générale que Piaget se fait de la nature des sciences, de leur objet et de leur domaine, ce chapitre expose sa conception des liens qui les rattachent les unes aux autres ainsi que du système circulaire que toutes ensemble composent.

Ce chapitre contient 11 sections, qui, à l'exception de la septième, se terminent toutes par des citations de Piaget illustrant les thématiques traitées:

3.1 Philosophie et science
3.2 La connaissance scientifique
3.3 L'objet des sciences
3.4 Les domaines des sciences
3.5 Les types de relations entre les sciences 3.6 Les relations entre les divers domaines des sciences
    (1) Relations entre les domaines matériels
    (2) Relations entre les domaines conceptuels
    (3) Relations entre les domaines épistémologiques internes
    (4) Relations entre les domaines épistémologiques dérivés
3.7 Les modes de dépendance entre les divers ensemble de sciences
    (1) Relations entre les sciences logico-mathématiques (I) et physiques (II)
    (2) Relations entre les sciences physiques (II) et biologiques (III)
    (3) Relations entre les sciences mathématiques (I) et biologiques (III)
    (4) Relations entre les sciences biologiques (III) et psychosociologiques (IV)
3.8 Les principaux courants de l'épistémologie interne des sciences
3.9 Les principaux courants de l'épistémologie dérivée des sciences
3.10 Les grands courants de la pensée scientifique
3.11 Le système cyclique des sciences

Haut de page







Sitôt qu’intervient […] l’assimilation sensori-motrice ou intellectuelle la plus simple, c’est-à-dire l’incorporation des objets perçus ou conçus dans les schèmes antérieurs de l’activité du sujet […], la mise en relation ainsi constituée revient à établir entre les termes ou entre leurs rapports un type de connexion, spécifique de la vie mentale: cette connexion, qui est commune au système des significations, […] c’est-à-dire à tout ce qui différencie un processus psychique d’un processus physique, consiste toujours […] à relier des qualités entre elles d’une manière telle que l’une en entraîne une autre du point de vue de la conscience elle-même, c’est-à-dire du point de vue du sujet et non pas de l’objet. On peut alors appeler implication, au sens large, un tel produit de l’assimilation mentale.