Fondation Jean Piaget

Causalité sensori-motrice


La causalité est l’une des premières catégories dont Piaget a étudié la genèse chez l’enfant. Avant lui, des ethnologues ou des philosophes tels que Lévy-Bruhl, Brunschvicg ou Meyerson avaient cherché à éclairer les formes que le besoin d’expliquer prenait dans les sociétés dites "primitives", et à différentes étapes d’évolution de la pensée occidentale.

Ce que montrent à Piaget ses recherches sur les débuts de la psychogenèse, c’est la présence de formes similaires aux précédentes, mais liées aux activités sensori-motrices du bébé, et non pas seulement à la pensée représentative de l’enfant; et c’est aussi la genèse chez le bébé, non pas d’un besoin de comprendre pour comprendre, mais d’un besoin de comprendre pour réussir.

Que Piaget ait consacré un long chapitre de l’ouvrage sur la construction du réel à suivre la naissance de la notion préreprésentative de causalité se comprend aisément. L’un des deux grands problèmes qui sous-tend l’ensemble de ses recherches est celui de la genèse de la raison humaine, et plus particulièrement de la raison théorique. Or, considérée par le biais de son point d’arrivée que sont les sciences les plus évidentes (la mathématique et la physique notamment), la raison théorique présente pour l’essentiel deux directions, l’une orientée vers la réalité logico-mathématique, l’autre vers le monde des phénomènes.

Etudier le développement de la causalité sensori-motrice, c’est donc se donner les moyens empiriques de comprendre comment la catégorie de la causalité s’enracine dans l’action humaine, ainsi que l’affirmait déjà Brunschvicg à propos des notions mathématiques.

Mais inversement, rechercher comment cette catégorie se développe d’abord dans les activités sensori-motrices du bébé, c’est mieux comprendre les interactions du bébé avec les objets de son univers.

Haut de page







[…] l’épistémologie génétique […] cherche […] à analyser le travail réel de la pensée en marche, qu’il s’agisse de celle des travailleurs scientifiques comme de cette immense masse d’activités cognitives préscientifiques débutant dès le passage de la vie organique aux comportements élémentaires.

J. Piaget, Introduction à l'épistémologie génétique., 1973, vol. 1, p. 9