Fondation Jean Piaget

La nature de la connaissance scientifique et le cercle des sciences



Après un rappel de la conception générale que Piaget se fait de la nature des sciences, de leur objet et de leur domaine, ce chapitre expose sa conception des liens qui les rattachent les unes aux autres ainsi que du système circulaire que toutes ensemble composent.

Ce chapitre contient 11 sections, qui, à l'exception de la septième, se terminent toutes par des citations de Piaget illustrant les thématiques traitées:

3.1 Philosophie et science
3.2 La connaissance scientifique
3.3 L'objet des sciences
3.4 Les domaines des sciences
3.5 Les types de relations entre les sciences 3.6 Les relations entre les divers domaines des sciences
    (1) Relations entre les domaines matériels
    (2) Relations entre les domaines conceptuels
    (3) Relations entre les domaines épistémologiques internes
    (4) Relations entre les domaines épistémologiques dérivés
3.7 Les modes de dépendance entre les divers ensemble de sciences
    (1) Relations entre les sciences logico-mathématiques (I) et physiques (II)
    (2) Relations entre les sciences physiques (II) et biologiques (III)
    (3) Relations entre les sciences mathématiques (I) et biologiques (III)
    (4) Relations entre les sciences biologiques (III) et psychosociologiques (IV)
3.8 Les principaux courants de l'épistémologie interne des sciences
3.9 Les principaux courants de l'épistémologie dérivée des sciences
3.10 Les grands courants de la pensée scientifique
3.11 Le système cyclique des sciences

Haut de page







Si […] la solution lamarckienne d’une lente acquisition des organes en fonction de l’habitude et des pressions du milieu se trouvait être la vraie, la conjonction de l’hypothèse de l’hérédité de l’acquis avec le nativisme spatial aboutirait en définitive à une justification de l’empirisme épistémologique, même si l’espace devenu inné chez l’homme s’imposait a priori à l’individu. Ce n’est qu’en appuyant le nativisme sur un préformisme biologique ou sur un mutationnisme à explications purement endogènes des variations héréditaires, que l’appel à l’innéité entraînerait la négation des interprétations empiristes au sens épistémologique.