Fondation Jean Piaget

Les épistémologies "scientifiques"



[FJP/ Avec l'autorisation de M.F. Legendre, nous avons regroupé les sections suivantes comme suit:

Les épistémologies "scientifiques" annoncent la naissance d'une épistémologie pleinement scientifique telle que la définit Piaget dans la mesure où, tout en restant attachées par un côté à l'ambition d'aboutir à une théorie de la connaissance qui englobe dès le départ la totalité des sciences, elles font de manière croissante appel à des approches psychologiques, sociologiques ou historiques voisines de certaines sciences particulières alors en voie de constitution.

Peuvent être rangées sous cette étiquette:

– Les courants positivistes
– Les épistémologies empiristes
– La dialectique hégélienne
– Le matérialisme dialectique de Marx et de Engels
]

Haut de page







Il n’existe […] pas de besoin sans une organisation préalable dont la structure détermine l’aspect cognitif, tandis que la dynamique constitue l’aspect affectif […]. Tant que l’on se borne à envisager les organisations innées (nutrition, etc.), auxquelles correspondent la faim, la soif, etc., il est aisé de dissocier, pour l’analyse, ces deux aspects en fait indissociables, et la réduction du besoin pourra être considérée comme l’une des variables indépendantes dans les processus élémentaires d’apprentissage. Mais sitôt que l’on considère des formes plus spécialisées d’acquisition, comme l’apprentissage d’une loi de succession, par exemple, les besoins et intérêts en jeu seront eux-mêmes de plus en plus spécialisés en corrélation étroite avec les structures cognitives en jeu […]

J. Piaget, Apprentissage et connaissance. , 1959, p. 30