Fondation Jean Piaget


rationalisme


Description élargie
Dès leur apparition, il y a deux mille cinq cent ans environ, la science et la philosophie occidentales ont été ensemble traversées par deux tendances opposées privilégiant soit la déduction soit l’expérience comme source des connaissances. Si dans l’antiquité grecque cette opposition n’était pas encore très marquée, elle s’est renforcée avec la redécouverte de la philosophie et la logique d’Aristote par les philosophes chrétiens du Moyen-Age.

Le rationalisme dans sa forme originale est issu de la rencontre entre la foi chrétienne et la philosophie aristotélicienne. Il consiste à concevoir la réalité comme étant un produit de la raison, s’il est vrai qu’elle a été créée par Dieu. Les philosophes rationalistes s’efforceront dès lors de découvrir les principes premiers permettant d’expliquer par pure déduction la réalité créée, ce qui les entraînera à multiplier les spéculations les plus hasardeuses sur la nature des choses.

L’empirisme moderne aura dès lors beau jeu de s’appuyer sur le développement des sciences de la nature (et spécialement de la physique) au dix-septième et au dix-huitième siècles, pour opposer à la conception rationaliste classique une tout autre image de la science et de la réalité.

De cette critique destructrice naîtra une seconde forme de rationalisme, issue des réflexions de Kant sur les conditions de possibilité de la science. Ces réflexions aboutissent en effet à deux conclusions en ce qui concerne la raison. Selon la première, la raison théorique n’a pas le pouvoir de sortir des limites de l’expérience humaine pour fournir une connaissance de la réalité absolue. Mais il n’en résulte pas que la connaissance humaine n’a rien de rationnel, comme le soutient l’empirisme. Au contraire, et c’est la seconde conclusion d’importance au sujet de la raison, celle-ci intervient nécessairement dans la constitution des connaissances, aussi bien d’ailleurs dans l’organisation des données de l’expérience que dans l’explication des phénomènes.

Ces deux conclusions sont le point de départ du rationalisme critique, qui parvient à éviter tant le dogmatisme du rationalisme classique que le scepticisme, sur lequel débouche l’empirisme, quant à la possibilité d’une connaissance objective de la nature.

Résultat de la recherche dans « Présentation de l'œuvre de Piaget »


Les internautes pourront trouver ci-dessous des extraits de texte dans lesquels se trouve la notion sélectionnée. Cliquer sur le titre de l'un de ces extraits ouvrira la page dont est tiré l'extrait sélectionné.


Fonction sémiotique

LANGAGE
[...] 72). Si on tient compte de l’enracinement philosophique profond de Piaget dans une tradition, le rationalisme, qui a toujours privilégié la pensée sur le langage, l’un des faits les plus surprenants [...]


Environnement en épistémologie

1915-1930
[...] directement accès aux principes premiers de cette science. Puisque Hume avait jeté la suspicion sur le rationalisme classique, il ne restait à Kant qu’une issue, voir si la solution du problème [...]


Epistémologie de l'espace

ÉPIST. DE L'ESPACE
[...] nécessité empruntée à la logique. La défaite de Kant, notons-le, ne serait pas encore celle du rationalisme, puisqu’elle laisserait le choix entre deux solutions: le retour au rationalisme logique [...]


Epist. de la physique

ÉPIST. DE LA PHYSIQUE
[...] philosophes des sciences, quelle que soit l’école à laquelle ils appartiennent (l’empirisme, le rationalisme, etc.) invoquent constamment, dans leurs explications de l’origine de la connaissance [...]
Conservations physiques
[...] rassemblés sur ce terrain suggèrent une toute autre conception de la raison que celle proposée par le rationalisme classique, avec l’importance trop exclusive qu’il portait aux deux ou trois grands [...]
Causalité physique
[...] de l’expérience, les familles de thèses en présence sont au nombre de deux: l’empirisme et le rationalisme. La lutte entre le rationalisme et l’empirisme La causalité a toujours été un domaine [...]
Origine et statut
[...] l’origine et du statut de la science physique (la coordination de l’empirisme, du conventionnalisme et du rationalisme, pour ne prendre que l’exemple le plus frappant). On peut d’ailleurs ajouter [...]


Piaget et l'épistémologie

8. Son évolution…
[...] psychogénétique, s’appuie sur un constructivisme dialectique, qui n’est pas sans rappeler la dialectique entre rationalisme et réalisme chez Bachelard puisqu’elle met en relation la construction [...]
12. Objectivité
[...] Piaget qualifie également d'idéaliste et de réaliste, ne sont pas sans évoquer la dialectique entre rationalisme et réalisme dans l'épistémologie de Gaston Bachelard. Puisque l'objet d'une [...]
13. Evolut. de la raison
[...] n'est pas sans évoquer la perspective bachelardienne (voir: épistémologie bachelardienne) d'une «rationalisme ouvert». En effet, pour Bachelard comme pour Piaget, l'esprit a une structure variable [...]
2.6.3
L'épistémologie piagétienne s’inscrit dans le prolongement du rationalisme kantien. En adoptant une position intermédiaire entre idéalisme et empirisme, rationalisme et [...]
2.9.2.3
[...] progressive du domaine de la rationalité, les concepts scientifiques évoluant dans la direction d'un rationalisme croissant. C’est en effet la raison qui suggère, au-delà de l’expérience commune, [...]
Chap. 5.1
[...] qui exprime l'élaboration solidaire du sujet et de l'objet, rejoint la notion bachelardienne de «rationalisme ouvert» exprimant l'aspect dynamique d'une rationalité en constante évolution. Le caractère [...]