Fondation Jean Piaget


Chapitres de 1931 à 1940


1931.
Children's philosophies
In: A handbook of child psychology / ed. by Carl Murchison. Worcester Mass.: Clark University Press, pp. 377-391.

1932.
Les difficultés psychologiques de l'éducation internationale
In: Comment faire connaître la Société des Nations et développer l'esprit de coopération internationale. Bureau international d'éducation (Genève), pp. 57-76.

1933.
L'évolution sociale et la pédagogie nouvelle
In: Sixième Congrès mondial de la Ligue internationale pour l'éducation nouvelle: compte rendu complet: Nice, France, du 29 juillet au 12 août 1932. London: New education fellowship, pp. 474-484.

1933.
L'individualité en histoire: l'individu et la formation de la raison
In: L'individualité: troisième semaine internationale de synthèse [organisée par le] Centre international de synthèse / Maurice Caullery... [et al.]. Paris: F. Alcan, 1933. (Publié aussi in: Revue européenne des sciences sociales, 1976, 14, n 38-39, pp. 81-123.)

1933.
Quelques remarques sur l'égocentrisme de l'enfant: conférence
In: Compte rendu du Congrès international de l'enfance, Paris - 1931 / éd. sous la dir. du Comité d'organisation du Congrès. Paris: F. Nathan, pp. 279-287.
Texte PDF mis à disposition le 12.02.2012
 - Présentation
[Texte de présentation, version du 23 janvier 2012.]

Dans ce texte rédigé en réponse à des critiques qui lui ont été adressées au sujet de l’égocentrisme des jeunes enfants, Piaget précise ce qu’il entend par cette notion. Il distingue très clairement celle-ci de la conception commune qui identifie égocentrisme et égoïsme (ce dernier impliquant une conscience et une valorisation excessive du soi). Par égocentrisme, Piaget a foncièrement en vue le fait qu’un jeune enfant s’ignore soi-même et ne parvient dès lors pas à instaurer des relations de réciprocité avec autrui, ou à se concevoir comme une réalité prenant place parmi les autres réalités qui lui font face, et qui offrent des perspectives autres que la sienne. En bref, la forme d’égocentrisme que Piaget attribue aux jeunes enfants est foncièrement et d’abord de nature épistémique (due au manque de décentration du sujet); de là résulte une sorte d’égocentrisme social aussi bien que cognitif dans le rapport que le jeune enfant entretient avec autrui ou avec la réalité physique (d’où ces formes primitives de causalité que sont les explications dynamiques, artificialistes, finalistes, etc.). Par ailleurs, si Piaget a étudié l’évolution d’une forme encore plus particulière d’égocentrisme, à savoir l’égocentrisme verbal, laquelle diminue avec l’âge, et s’il reconnaît que cette forme d’égocentrisme est plus ou moins présente chez les jeunes enfants selon les milieux dans lesquels ils sont observés, il n’en reste pas moins que cette forme d’égocentrisme reste pour lui un indice valable — mais un indice seulement, de l’égocentrisme épistémique, intellectuel et social de la pensée encore immature du jeune enfant.

A noter enfin que ce texte de 1933 et qui a donc été rédigé quelque deux ans avant la découverte des structures opératoires de l’intelligence, contient une information biographique intéressante: Piaget y annonce qu’il est en train de rédiger un ouvrage sur «le jeu et la pensée symbolique» chez l’enfant, ouvrage qui sera finalement publié en 1945 sous le titre «La formation du symbole chez l’enfant», et qui complète avec un décalage de quelques années les deux ouvrages sur «La naissance de l’intelligence» (1936) et «La construction du réel chez l’enfant» (1937).

1935.
Avant-propos de la seconde édition
In: Le jugement et le raisonnement chez l'enfant / Jean Piaget. 2e éd. Neuchâtel, Paris: Delachaux et Niestlé, p. v.

1937.
La philosophie de Gustave Juvet
In: A la mémoire de Gustave Juvet, 1896-1936. Lausanne: Université de Lausanne, pp. 37-52.
Texte PDF mis à disposition le 16.05.2015

1937.
Principal factors determining intellectual evolution from childhood to adult life: a paper delivered at the Harvard tercentenary conference of arts and sciences
In: Factors determining human behavior / E. Douglas Adrian... [et al.]. Cambridge Mass.: Harvard University Press, pp. 32-48. (Publié aussi in: Organization and pathology of thought: selected sources / transl. and commentary by David Rapaport. New York: Columbia University Press, 1951, pp. 154-175. Outside readings in psychology / E. L. Hartley, R. E. Hartley. 2nd ed. New York: T. Y. Crowell, 1958, pp. 43-55. Publication originale en langue anglaise.)

1937.
Les problèmes
In: V. Broendal/K. Capek et al. (eds.) Vers un nouvel humanisme: entretiens. Paris: Société des nations, Institut international de coopération intellectuelle, pp. 9-84

1937.
Remarques psychologiques sur les relations entre la classe logique et le nombre et sur les rapports d'inclusion
In Recueil de travaux publiés à l'occasion du quatrième anniversaire de la Fondation de l'Université: juin 1937. Lausanne: F. Rouge, pp. 59-85. (Intégré dans les premiers paragraphes du chap. 7 de La genèse du nombre chez l'enfant / Jean Piaget et Alina Szeminska. Neuchâtel; Paris: Delachaux et Niestlé, 1941.)
Texte PDF mis à disposition le 09.09.2007
 - Présentation
Ce texte appartient au petit groupe d'articles rédigés au milieu des années 1930, période décisive lors de laquelle Piaget découvre les structures opératoires qui sous-tendent la pensée logico-mathématique de l'enfant et dont la construction rend compte de l'apparition vers 7-8 ans environ d'une première forme – concrète – de raison opératoire. Comme la notion de nombre, la notion de classe concerne des opérations portant sur des totalités et les parties qu'elles contiennent. La question psychologique que se pose ici Piaget est de savoir dans quelle mesure les opérations de totalisation portant sur les classes d'un côté, sur le nombre de l'autre, sont parentes et dans quelle mesure leurs développements respectifs chez l'enfant peuvent être mis en relation. Pour répondre à cette question, Piaget examine au moyen de la modélisation logique les réponses apportées par les enfants entre 5 et 8-9 ans à des problèmes d'inclusion de classes et de jugements sur la quantité d'éléments contenus dans une sous-classe comparativement à la quantité d'éléments contenus dans la classe englobante. Dans ses conclusions, il insiste sur ce qui est, selon lui, la clé du passage du préopératoire à l'opératoire: la réversibilité des opérations logico-mathématiques qui, contrairement à la matérialité des actions même intériorisées, permet de penser simultanément une totalité et ses parties. Si l'enfant est capable de penser simultanément un tout et ses parties, à les considérer simultanément dans son champ de conscience ou d'attention, c'est précisément parce qu'il a acquis ces opérations réversibles, regroupées en structure et obéissant, grâce à cette réversibilité, à des lois de groupe (modélisables au moyen d'une algèbre logique ou mathématique – voir JP37_5).

1937.
La réversibilité des opérations et l'importance de la notion de "groupe" pour la psychologie de la pensée
In: Onzième congrès international de psychologie, Paris, 25-31 juillet 1937: rapports et comptes rendus / H. Piéron et I. Meyerson (éd.). Agen: Impr. Moderne, pp. 433-435.

1938.
Le problème de l'intelligence et de l'habitude: réflexe conditionné, "Gestalt" ou assimilation
In: Onzième congrès international de psychologie, Paris, 25-31 juillet 1937: rapports et comptes rendus / H. Piéron et I. Meyerson (éds.). Agen: Impr. Moderne, pp. 170-183.
Texte PDF mis à disposition le 14.10.2009
 - Présentation
L'analyse génétique et fonctionnelle (en termes des notions d'assimilation et d'accommodation) des comportements de types 1° réflexe, 2° habitude et 3° intelligent à laquelle a procédé Piaget dans les deux premières années de vie postnatale chez ses trois enfants lui a permis de découvrir à la fois leur continuité fonctionnelle et ce qui les distinguent les uns des autres du double point de vue de leur organisation et de leur fonctionnement (distinction issue de la triple progression de l'assimilation, de l'accommodation et de leur articulation).

C'est cette découverte que Piaget résume brièvement ici en décrivant les six étapes de construction qui s'enchaînent à partir des schèmes réflexes innés (1ère étape) puis des premières habitude acquises, d'abord non intentionnelles (2ème étape avec les réactions circulaires primaires) puis intentionnelles (3ème étape, avec les réactions circulaires secondaires), observées dans les semaines et les 4-5 mois qui suivent la naissance de l'enfant, pour aboutir un peu moins de deux ans plus tard aux premières conduites intelligentes faisant un usage (non encore intentionnel) de la représentation dans les coordinations différenciées des moyens et des fins observées au terme de cette genèse (donc aux tout premiers pas non plus de l'intelligence sensori-motrice, c'est-à-dire des coordinations moyens-fins exclusivement sensori-motrices propres aux 4ème et 5ème étapes de ce développement, mais de l'intelligence représentative, 6ème et dernière étape de cette construction).

Cet article expose également ce par quoi le cadre théorique sur lequel repose cette analyse génétique et fonctionnelle, et qui fait appel aux trois notions fondamentales que sont l'assimilation, l'accommodation et le schème, dépasse, en les intégrant, les deux conceptions qui s'opposaient alors de la formation des habitudes et de l'intelligence, l'une basée sur la notion d'association, l'autre sur celle de Gestalt.

1938.
La réversibilité des opérations et l'importance de la notion de "groupe" pour la psychologie de la pensée
In: Onzième congrès international de psychologie, Paris, 25-31 juillet 1937: rapports et comptes rendus / H. Piéron et I. Meyerson (éds.). Agen: Impr. Moderne, pp. 433-434.
Texte PDF mis à disposition le 14.10.2009

1939.
Examen des méthodes nouvelles
In: Encyclopédie française, t. 15: éducation et instruction / [dir. par C. Bouglé]. Paris: Société de gestion de l'Encyclopédie française, Fasc. 28, pp. 1-13.
Texte PDF mis à disposition le 08.04.2013

1939/69.
Les méthodes nouvelles, leurs bases psychologiques
In: Encyclopédie française, t. 15: éducation et instruction / dir. par C. Bouglé. Paris: Société de gestion de l'Encyclopédie française, Fasc. 26, pp. 4-16. (Publié aussi in: Psychologie et pédagogie / Jean Piaget, 1969, pp. 197-264.)
Texte PDF mis à disposition le 07.01.2013

1940.
L'importance de la psychologie expérimentale pour la détermination des enfants déficients
In: Rapport du 1er Congrès international pour la pédagogie de l'enfance déficiente / hrsg. vom Sekretariat der Internationalen Gesellschaft für Heilpädagogik. Zürich: Leemann, pp. 131-132. (Résumé de la conférence.)

Haut de page


[…] si la biologie est essentiellement, et presque passivement, soumise à son objet, cet objet […] c’est-à-dire l’être vivant, n’est autre chose que le sujet comme tel ou du moins le point de départ organique d’un processus qui, avec le développement de la vie mentale, aboutira à la situation d’un sujet capable de construire les mathématiques elles-mêmes.