Fondation Jean Piaget


Chapitres de 1951 à 1960


1951 (avec B. Inhelder).
Die Psychologie der frühen Kindheit: die geistige Entwicklung von der Geburt bis zum 7. Lebensjahr
In: Handbuch der Psychologie / hrsg. von David Katz. Basel: B. Schwabe, pp. 232-271. (Réimpr. de ce texte dans la 2e éd., cop. 1960, p. 275-314 et dans la 3e éd. intitulée 'Kleines Handbuch der Psychologie', 1972, pp. 275-314, 695-696.

1952.
Contribution à la théorie générale des structures: I. les structures perceptives: II. les structures intellectuelles
In: Thirteenth international congress of psychology, held at the University of Stockholm, July 16th to 21st 1951: proceedings and papers. Stockholm: B. Lagerström, pp. 197-198.

1953.
Intelligènza: I. definizione e generalità: II. fasi di sviluppo dell'intelligenza
In: Enciclopedia medica italiana, vol. 5. Firenze: Sansoni edizioni scientifiche, 1953, pp. 617-622.

1954.
L'éducation artistique et la psychologie de l'enfant
In: Art et éducation: recueil d'essais / dir. de publ.: Edwin Ziegfeld. Paris: UNESCO, pp. 22-23.
Texte PDF mis à disposition le 28.11.2010
 - Présentation
[Texte de présentation. Version au 25 novembre 2010.]

Ceci est un des rares textes où Piaget se prononce sur des questions en lien avec l'esthétique (ici le problème de l'éducation artistique). Un autre texte dans lequel Piaget se prononce sur la question de l'esthétique est Recherche, sorte de roman autobiographique publié en 1918 et dont toute une partie annonce ses futures travaux en psychologie et en épistémologie (JP18).

On trouvera aussi de brèves considérations sur les sentiments esthétiques dans l'ouvrage de 1954 sur les rapports entre le développement de l'affectivité et de l'intelligence chez l'enfant (JP54) ou encore dans les interviews qu'il a pu donner et dans lesquels il est parfois question de ses rapports avec la vie artistique, la musique ou à la littérature, etc. (voir par exemple "Conservations libres avec Jean Piaget", de J.C. Bringuier).

En ce qui concerne le bref texte sur l'éducation artistique publié en 1954, il est judicieux de se souvenir que lorsque Piaget se prononce sur le terrain de la pédagogie, il ne considère pas ses propos comme relevant de la recherche scientifique à proprement parler, mais de ce que ses propres enquêtes de psychologie génétique suggèrent quant aux solutions à apporter à des problèmes se posant sur le terrain de l'éducation. Piaget a plus d'une fois insisté sur le fait que les suggestions ainsi avancées devraient faire l'objet de recherche de pédagogie expérimentale! (La question pourrait par exemple être posée de savoir si l'interruption assez générale de l'inventivité du jeune enfant ne découle pas également de l'entrée dans l'âge de raison, entrée qui est elle-même la conséquence du développement intellectuel de l'enfant, ou encore de l'évolution de sa personnalité en lien avec sa socialisation…)

1954.
The problem of consciousness in child psychology: developmental changes in awareness
/ [transl. by Edith Meyer]
In: Problems of consciousness: transactions of the Fourth Conference, March 29, 30 and 31, 1953, Princeton, N.J. / ed. by Harold A. Abramson. New York: J. Macy, pp. 136-147. (Publication originale en langue anglaise.)

1954.
La vie et la pensée: du point de vue de la psychologie expérimentale et de l'épistémologie
In: La vie, la pensée (actes du 7e Congrès des Sociétés de philosophie de langue française - Grenoble, 12-16 septembre 1954). Paris: Presses Univ. de France, pp. 17-23. (Publié aussi in: Problèmes de psychologie génétique / Jean Piaget. Paris: Denoël Gonthier, 1972, pp. 162-171.)
Texte PDF mis à disposition le 29.04.2013

1955.
The development of time concepts in the child
/ [transl. by Marianne L. Simmel]
In: Psychopathology of childhood: proceedings of the forty-fourth Annual meeting of the American psychopathological association, held in New York City, June, 1954 / ed. by Paul H. Hoch and Joseph Zubin. New York; London: Grune and Stratton, pp. 34-44. (Suivi d'une discussion par Dorothea McCarthy, p. 45-55.)

1955.
L'influence de l'expérience sur la structuration des données sensorielles dans la perception
In: La perception: [2e] symposium de l'Association de psychologie scientifique de langue française, Louvain 1953 / A. Michotte, J. Piaget... [et al.]. Paris: Presses Univ. de France, pp. 17-30. (Rapport de J. Piaget suivi de: 'Discussion entre les trois rapporteurs', 'Discussion générale' et 'Réponses de H. Piéron et J. Piaget', pp. 47-81.)

1955.
Les lignes générales de l'épistémologie génétique
In: Actes du deuxième congrès international de l'Union internationale de philosophie des sciences. Neuchâtel: Ed. du Griffon, vol. 1, pp. 26-45.

1955.
Les structures mathématiques et les structures opératoires de l'intelligence
In: L'enseignement des mathématiques / J. Piaget...[et al.]. Neuchâtel; Paris: Delachaux et Niestlé, pp. 11-33. (Réédité en 1960 et 1965.)
Texte PDF mis à disposition le 09.12.2011
 - Présentation
[Texte de présentation: version du 12 oct. 2011.]

Dans ce texte issu d’une conférence donnée en 1955 dans le cadre d’un colloque sur les structures mathématiques et les structures psychologiques, Piaget apporte une réponse à la question épistémologique suivante: les êtres ou éléments sur lesquels portent les structures mathématiques préexistent-ils à ces dernières ou sont-ils le produit des opérations composant ces structures (par ex. les nombres par rapport aux opérations arithmétiques), en ce sens du moins que ces opérations conféreraient à ces éléments leurs propriétés essentielles (à moins qu’elles ne les construisent…). Comme toujours, c’est vers l’étude du développement cognitif de l’enfant que Piaget se tourne pour trouver des indices en faveur de l’une ou l’autre thèse.

En outre Piaget montre comment trois types de structures fondamentales dégagées par les mathématiciens bourbakistes, les structures algébriques, d’ordre et de voisinage, ont leurs sources dans le «fonctionnement psychologique des opérations intellectuelles» (p. 25) et, pour les deux premières, dans les structures opératoires qui les sous-tendent. En s’appuyant sur les analyses conduites dans son Traité de logique de 1949 (JP49), il souligne également que le processus de synthèse ou de coordination entre les trois structures-mères des mathématiciens et qui, selon ces derniers, est constitutif de nouvelles structures mathématiques, trouve également un correspondant au niveau de la psychogenèse. Les opérations interpropositionnelles de la logique des propositions prennent la forme d’une «double structure de groupe et de réseau» résultant, elle aussi, de la synthèse des opérations de la logique des classes, avec la forme de réversibilité —l’inversion— qui leur est propre, et des opérations de la logique des relations, avec la forme de réversibilité —la réciprocité— qui leur est propre. En effet, la structure algébrique propre qui sous-tend les opérations interpropositionnelles (soit le groupe INRC) «incorpore les réciprocités», et le réseau que composent les mêmes opérations «admet des opérations inverses».

Enfin, dans ses conclusions, Piaget apporte quelques suggestions que l’enseignement des mathématiques peut tirer des liens précédemment exposés entre les travaux des mathématiciens sur les structures mathématiques et les recherches de psychologie génétique sur le développement des opérations logico-mathématiques chez l’enfant.

1956.
Les stades du développement intellectuel de l'enfant et de l'adolescent
In: Le problème des stades en psychologie de l'enfant: Symposium de l'Association de psychologie scientifique de langue française, Genève 1955 / par P. Osterrieth, J. Piaget... [et al.]. Paris: Presses Univ. de France, pp. 33-42. (Précédé d'une introduction par Jean Piaget, pp. 1-3 et suivi d'une discussion entre les rapporteurs, pp. 51-75, avec intervention de Piaget, pp. 56-61, 73-74; et d'une discussion générale, p. 77-113, avec intervention de Piaget, p. 96-99. Le texte de l'exposé de Piaget a également été publié dans: Problèmes de psychologie génétique / Jean Piaget. Paris: Denoël-Gonthier, 1972, pp. 54-66.)
Texte PDF mis à disposition le 14.03.2010
 - Présentation
[FJP/Texte de présentation, version avril 2013]

Ce document contient le texte de l'introduction par Piaget du symposium de 1955 de l'Association de psychologie scientifique de langue française, son texte de présentation de la notion de stade en psychologie du développement intellectuel, ainsi que ses interventions lors des discussions.

Dans son intervention, Piaget présente les critères utilisés dans ses recherches de psychologie génétique pour classer les conduites des enfants et des adolescents dans des stades successifs de développement intellectuel (1. ordre constant de succession des acquisition, 2. propriétés de structures propres à chaque stade, 3. intégration des structures d'un stade à l'autre, mais aussi 4. phase de préparation puis phase d'achèvement de chaque stade, aboutissant 5. à une forme finale (relative) d'équilibre). Il décrit également les deux types de décalages horizontaux et verticaux susceptibles de faire obstacle à la généralité des stades. Enfin, il résume brièvement les trois grandes périodes du développement intellectuel au cours desquelles la notion de stade a pu être utilisée (1. intelligence sensori-motrice, 2. pensée concrète, avec deux sous-périodes: préopératoire puis opératoire (groupement d'opérations élémentaires tout d'abord, puis système d'opérations, disons, multiplicatives), 3. pensée formelle). [On relèvera que l'âge approximatif donné ici du début de la période des opérations concrètes, à savoir 7-8 ans, peut certainement aujourd'hui être diminué d'au moins d'une année…]

1957.
L'actualité de Jean Amos Comenius. Introduction
In: Jean Amos Comenius, 1592-1670: pages choisies. Paris: UNESCO, pp. 11-33. Publié aussi comme postface in: Jacques Prévot (éd.) L'Utopie éducative: Coménius. Paris: Belin, 1981, pp. 265-283. Texte réédité dans Perspectives (UNESCO, Bureau international d'éducation), vol. XXIII, n° 1/2, 1993, p. 175-99.
Texte PDF mis à disposition le 21.11.2009

1957.
EEG1: Introduction
Texte PDF mis à disposition le 06.03.2007

1957.
EEG1: Partie II - Programme et méthodes de l’épistémologie génétique
Texte PDF mis à disposition le 06.03.2007

1957.
L'épistémologie de la relation
In: L'évolution humaine: spéciation et relation / par J. Anthony... [et al.]. Paris: Flammarion, pp. 145-175.
Texte PDF mis à disposition le 18.06.2007
 - Présentation
Ce texte est issu de sessions de travail organisées par l'Institut d'Étude des Relations Humaines sur le thème "Spéciation humaine et Relation" (nous n'avons pas retrouvé trace de cet Institut, qui semble avoir aujourd'hui disparu). L'exposé sur "L'épistémologie de la relation" a eu lieu lors de la séance de clôture. Il comporte deux parties principales, l'une consacrée à la psychogenèse du développement des relations, l'autre à des questions épistémologiques posées par la notion de relation
Dans la première partie de son intervention, Piaget compare les caractéristiques des relations telles qu'elles se présentent sur les plans de la perception et de l'intelligence représentative humaines, en ajoutant quelques considérations relatives à l'intelligence animale et à l'intelligence sensori-motrice du jeune enfant. Il y distingue les "relations modifiantes" voire "déformantes" qui apparaissent sur le plan de la perception, et les "relations conservantes" qui apparaissent dès les débuts de la pensée opératoire, vers 7 ans (avec de possibles formes voisines lors de la sixième étape de développement de l'intelligence sensori-motrice) – relations conservantes qui ne recouvrent cependant pas la totalité des compositions de relations propres à la pensée représentative. Les premières modifient les termes qu'elles relient, alors que les secondes les conservent. Les faits démontrent que la relation conservante, liée la construction des structures opératoires, est propre à l'espèce humaine "et encore à partir d'un certain niveau de culture collective et de développement individuel".

La deuxième partie de l'exposé a pour objet de clarifier la notion même de relation et d'examiner les rapports entre la relation et la classe ainsi qu'entre la relation et l'opération. En particulier, il s'oppose à tous ceux qui, comme Couturat – et ce conformément au réalisme logique de Russell –, refusent de rattacher les opérations logiques et mathématiques au fonctionnement de la pensée et les réduisent à de pures et simples relations préexistant à la pensée qui les saisit. L'opération est au contraire constructrice de relations nouvelles, ce qui ne l'empêche pas de toujours appartenir à un système ou structure, et d'être ainsi toujours reliée à d'autres opérations. Piaget distingue alors la "liaison", qui intervient partout, de la relation conservante, entendue plus strictement, c'est-à-dire au sens de la logique des relations. Enfin, dans sa conclusion finale, Piaget souligne que si le domaine des relations dépasse de beaucoup les seules relations conservantes, c'est le développement de ces dernières (donc de la pensée opératoire) qui seule permet de rendre compte des propriétés probabilistes des relations déformantes propres à la perception, mais aussi à la pensée préopératoire, ou aux différents systèmes des valeurs non-normatives (économiques, etc.).

1957.
Logique et équilibre dans les comportements du sujet.
In Études d'épistémologie génétique, volume 2. Paris Presses Universitaires de France.
Texte PDF mis à disposition le 16.11.2007
 - Présentation
[Ce texte de J. Piaget est le deuxième chapitre du volume II des Études d'épistémologie génétique.]

La thèse centrale de l'épistémologie de Piaget est celle selon laquelle les formes et les normes apriori de la raison scientifique et de ses racines dans la pensée commune résultent de l'équilibration progressive des coordinations [organiques et intellectuelles, mais aussi sociales], d'abord des actions du sujet, puis des opérations issues de ces opérations. Suite à la création du Centre international d'épistémologie génétique en 1955 et les échanges qu'il peut avoir avec alors avec des savants de tout horizon (dont B. Mandelbrot) invités à participer aux travaux du Centre, Piaget entreprend une première modélisation de cette marche vers l'équilibre génératrice de structures de plus en plus stables et mobiles s'étageant des plans de l'action sensori-motrice et de la perception jusque sur les plans de la pensée d'abord concrète puis hypothético-déductive. Les outils qu'il utilise à cet effet s'inspirent de modèles issus de la statistique mathématique (thermodynamique), et de la théorie des jeux, des stratégies et de la décision. L'avantage de cette approche statistique est de mettre en évidence les parentés de processus (centration, décentration, régulation) entre ce qui se produit sur des plans aussi différents que l'équilibration des systèmes perceptifs et l'équilibration des systèmes cognitifs (dont les structures opératoires). Le désavantage est qu'elle occulte les conduites psychologiques spéciales propres à l'équilibration des systèmes cognitifs. Le modèle proposé en 1975 (JP75) comblera cette lacune.

1959.
Apprentissage et connaissance.
Première partie
Paris: Presses univ. de France. (EEG 7), pp. 21-67
Texte PDF mis à disposition le 20.01.2014

1959.
Edouard Claparède (1873-1940)
In: Histoire de l'Université de Genève: annexes: historique des facultés et des instituts: 1914-1956. Genève: Librairie de l'Université Georg, pp. 68-69.

1959.
L'Institut des sciences de l'éducation (Institut J.-J. Rousseau) de 1912 à 1956
In: Histoire de l'Université de Genève: annexes: historique des facultés et des instituts. Genève: Librairie de l'Université Georg, 1959, pp. 307-316.

1959.
Théodore Flournoy (1854-1920)
In: Histoire de l'Université de Genève: annexes: historique des facultés et des instituts: 1914-1956. Genève: Librairie de l'Université Georg, p. 71.

1960.
La portée psychologique et épistémologique des essais néo-hulliens de D. Berlyne
In Théorie du comportement et opérations, volume 12 des Études d’épistémologie génétique (partie III), pp. 105-123), Paris: Presses Universitaires de France, 1960
Texte PDF mis à disposition le 06.01.2014

1960.
EEG 11: Problèmes de la construction du nombre.
Introduction
in Problèmes de la construction du nombre. Études d'épistémologie génétique, vol. XI. Paris: Presses univ. de France, 1960, pp. 1-68
Texte PDF mis à disposition le 19.02.2013
 - Présentation
[Texte de présentation: version du 9 janv. 2013]

Ce texte, qui introduit et résume les travaux sur la construction du nombre réalisés au CIEG dans les années 1950, est très important dans la mesure où il complète et précise la conception piagétienne du nombre opératoire comme synthèse des opérations logiques de classes et de relations asymétriques. Ce faisant, il permet d’éviter des erreurs d’interprétation fréquemment rencontrées chez les psychologues dits « pospiagétiens » et chez des philosophes des sciences qui reprennent telles quelles ces erreurs.

Si les résultats observés confirment la conception piagétienne, leur intérêt principal est de montrer comment la synthèse des opérations de classes et de relations asymétriques constitutive du nombre opératoire se réalise progressivement, les propriétés propres à ce dernier étant effective d’abord pour des quantités numériques réduites, avant de l’être pour la série entière des nombres entiers. Par ailleurs, en ce qui concerne les sus-dites erreurs d’interprétation, il convient d’insister sur le fait que ces nouvelles recherches, comme d’ailleurs celles originalement exposées par Piaget et Szeminska dans leur ouvrage sur La genèse du nombre chez l’enfant, n’impliquent en rien l’absence de toute perception et notion de numérosité avant la construction du nombre opératoire. Piaget montre en particulier que la notion préopératoire de nombre trouvée chez le jeune enfant ne possède pas encore les propriétés qui sont le propre du nombre opératoire, dont l'abstraction des qualités qui oppose le un arithmétique au un logique.

Ce texte d’introduction contient également de précieuses réflexions sur la façon dont Piaget conçoit les relations scientifiques entre les recherches mathématiques (y compris celles sur les fondements des mathématiques) et les recherches psychologiques portant sur la construction ou reconstruction des êtres et des structures mathématiques (en particulier des classes et relations logiques, ainsi que des différentes variétés de nombres, jusqu’aux théories formelles voire formalisées) aussi bien chez le sujet-mathématicien que chez l’enfant et l'adolescent.

Enfin, ce texte offre une excellente illustration de la coopération scientifique que Piaget parvient à entreprendre avec des psychologues tels que le behavioriste D. Berlyne, et de l’art qu’il a de coordonner sa conception de la psychogenèse avec des conceptions psychologiques qui n’adoptent pas la même épistémologie quant à l’origine des connaissances mathématiques (ou plutôt de rechercher une assimilation réciproque des thèses en jeu).

1960.
The general problems of the psychobiological development of the child
In: Discussions on child development: a consideration of the biological, psychological, and cultural approaches to the understanding of human development and behaviour, vol. 4 (J. M. Tanner, B. Inhelder eds). London: Tavistock publications, pp. 3-27. (Commentaires du papier de J. Piaget par K. Lorenz, J. Bowlby, M. Mead, G. Walter, J. M. Tanner, R. Zazzo et L. von Bertalanffy dans ce même vol., pp. 28-77. Réponse de J. Piaget voir sous le titre: Reply to comments concerning the part played by equilibration processes in the psychobiological development of the child. Réimpr. 1963, 1969, 1971.)

1960.
Problèmes de la psycho-sociologie de l'enfance
In: Traité de sociologie / G. Gurvitch, tome 2. Paris: Presses univ. de France, pp. 229-254. (Publié aussi in: Revue européenne des sciences sociales - Les sciences sociales: avec et après Jean Piaget - 1976, 14, pp. 161-197.)

1960.
Reply to comments concerning the part played by equilibration processes in the psychobiological development of the child
In: Discussions on child development: a consideration of the biological, psychological, and cultural approaches to the understanding of human development and behaviour, vol. 4 / J. M. Tanner, Bärbel Inhelder (ed.). London: Tavistock publications, pp. 77-83. (Voir aussi sous le titre: The general problems of the psychobiological development of the child. La 2e partie du vol. 4 contient différentes discussions avec interventions de Piaget pp. 89-94, 95-96, 98-105, 106, 108-109, 110-111, 116-119, 120-121, 121-123, 124, 126. Réimpr. 1963, 1969, 1971.)

Haut de page


[…] les opérations spatiales concrètes, se constituant vers 7-8 ans, élaborent un espace nouveau au moyen des données perceptives et intuitives (imagées) antérieures […] un espace que l’adulte interprète ensuite faussement comme dû à la perception elle-même.