Fondation Jean Piaget

Bureau International d'Education


(L'écoute des enregistrements ci-dessous nécessite QuickTime Player d'Apple, Inc. - Taille plusieurs MB, attention le chargement peut prendre du temps)


29.08.1940 .
Interview de Jean Piaget, directeur du Bureau International d'Education : A propos de l'aide apportée par cette institution aux prisonniers de guerre
[Ecouter]
 - Présentation
Aide apportée aux prisonniers qui veulent poursuivre leurs études. Livres demandés dans des branches très variées. L'aide des universités suisses aux prisonniers lors de la guerre de 14/18.

Interprète / contributeur / participant :
Piaget, Jean - Interviewé - directeur du Bureau International d'Education - psychologue
Suès, Marcel W. - Intervieweur - collaborateur Radio-Lausanne

D'une durée d'un peu plus de 6 minutes, l'enregistrement ci-dessus est diffusé à partir de notre site avec l'autorisation de la Radio Suisse Romande, qui en est propriétaire. Cet enregistrement est soumis au copyright de la RSR.
www.rsr.ch

24.09.1953 .
Discours prononcés lors de la Conférence du Bureau international de l'éducation
[Ecouter]
 - Présentation
Discours inaugural de Piaget à titre de directeur du Bureau international de l'éducation lors de la 16e réunion plénière de cette institution. Après une introduction lors de laquelle le directeur émet des remerciements d'usage (notamment à l'attention du nouveau directeur de l'Unesco, le Dr Evans, et à l'attention du vice-directeur du BIE, M. Rossello), Piaget émet quelques recommandations au sujet du thème qui réunit les participants à cette réunion, à savoir la formation des maîtres, et la place de la psychologie dans cette formation.

D'une durée d'un peu plus de 7 minutes, l'enregistrement ci-dessus est diffusé à partir de notre site avec l'autorisation de la Radio Suisse Romande, qui en est propriétaire. Cet enregistrement est soumis au copyright de la RSR.
www.rsr.ch



[…] dans des expériences sur l’ordre (ordre direct, ordre inverse dû à un parcours en sens contraire ou à une rotation du dispositif, etc.), l’enfant abstrait l’ordre non pas des objets comme tels, mais des actions ou opérations grâce auxquelles ils ont été ordonnés. La compréhension du sujet sera alors naturellement d’autant meilleure qu’il sera intervenu activement et ne se sera pas borné à la contemplation passive du résultat des actions exercées par autrui.